Mini entreprise BRACYTY

Bonjour chers amis,
Nous voudrions vous parler de notre mini entreprise Bracyty. Notre entreprise a pour but de produire et vendre un produit. Quand nous avons commencé, nous avons choisi qui serait dans les services suivants :
– Production
– Marketing
– Administratif
– Clientèle
– Financière
– Direction Générale
Nous avons d’abord écrit une lettre de motivation et un CV puis nous avons passé des entretiens d’embauche avec M. Cabanel et Mme Fernandez pour nous répartir dans les services.
Pour trouver le produit de notre mini entreprise, nous avons fait des études de marché sur 3 produits différents. Il y avait les bracelets, les nappes en tissu recyclé et les horloges décorées. Nous avons posé des questions à des gens au centre commercial des 4 pavillons pour savoir ce qu’ils pensaient de nos produits.
Après analyse des études de marché, nous avons choisi les bracelets et avons commencé les récoltes de tissu et d’argent. Nous vendons des avances remboursables de 4 euros pour acheter les matériaux qui ne sont pas recyclables. Si vous avez des tissus, fils de scoubidou, les fils qui sont sur les pulls et les vestes et qui servent pour les cintres, ou autre forme de tissu utilisable, vous pouvez les déposer dans les boîtes de récoltes situées à la vie scolaire et au CDI.
Laura, Romane, Khadija, Chaima, Jade, Tom, Ramazan, Bilale, Yassin, Hugo et Rami.

Stop à la montée des eaux ! Découverte ludique de l’érosion du littoral

Le mardi 24 janvier 2017, l’association Surf Rider est venue nous voir une deuxième fois pour nous parler de l’érosion du littoral.
Ils ont montré des expériences ensuite des images, des vidéos et pour finir nous avons participé à un jeu. L’objectif principal de ce jeu était de protéger le littoral face a la montée des eaux. Chaque groupe avait un aménagement différent et disposait d’un budget pour payer des installations afin de se protéger de la montée des eaux. Chaque élève avait un rôle à jouer et disposait d’une mission. Par exemple,pour un groupe il y avait un maire, une propriétaire d’un camping, un surfer, un représentant du conservatoire du littoral, une journaliste, un gérant de snack. Sur le plateau de jeu, ils avaient dessiné un océan, des tentes, des plantations, les deux parkings, une route, deux snacks et les zones susceptibles d’être submergées. Avec le budget attribué, il fallait installer des digues, des enrochements ou planter des zones d’oyats pour solidifier la dune. Chaque joueur avait un objectif différent : le déplacement des installations pour limiter les frais ou la sauvegarde des installations existantes en les protégeant.
Nos échanges ont été très intéressants et on a pris conscience de la difficulté de contenter tout le monde.

Abdoulaye Anise Dounia Lucas